La France a connu une recrudescence de la rougeole en 2023, avertit Santé publique France

Accueil » Le Monde » La France a connu une recrudescence de la rougeole en 2023, avertit Santé publique France
Partager


En raison de la recrudescence de la rougeole en France en 2023, Santé publique France (SPF) appelle à la vigilance. L’an passé, 117 cas de rougeole (dont 31 importés) ont été déclarés, contre respectivement 15 en 2022, 16 en 2021 et 240 en 2020, selon un bilan publié mercredi 3 avril par l’agence sanitaire qui confirme la tendance internationale. Aucun décès n’a été rapporté.

« Si le nombre de cas a été multiplié par huit par rapport à 2022 », sous l’effet principalement d’un épisode groupé chez des collégiens de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « il reste encore très limité par rapport à la période pré-Covid » (moyenne de 1 538 cas entre 2016-2019), précise l’agence. Depuis la dernière épidémie, en 2018-2019, interrompue dès le début de la pandémie de Covid-19, en 2020, le virus de la rougeole avait « très peu circulé, occasionnant quelques cas sporadiques isolés » en France. Mais depuis 2022 et notamment en 2023, une recrudescence de rougeole est observée dans le monde, après une baisse de la couverture vaccinale constatée post-Covid.

Vingt-sept hospitalisations en 2023

Maladie virale très contagieuse, la rougeole est souvent bénigne, mais peut entraîner des complications graves, respiratoires et neurologiques. Elle se manifeste habituellement par une éruption cutanée précédée par une rhinite, une conjonctivite, une toux, accompagnée d’une fièvre très élevée et d’une grande fatigue.

En 2023, elle a entraîné 27 hospitalisations en France, dont deux en réanimation, essentiellement des enfants de moins de 5 ans et des adultes de plus de 30 ans, et 12 cas avec complication, principalement des pneumopathies. La maladie touche surtout des enfants, mais pas uniquement. L’âge médian des cas était 12 ans, plus élevé que les années antérieures, en lien avec le foyer chez des collégiens.

En 2023, la France a enregistré « une hausse notable des cas importés » (31 contre 5 en 2022), dont plus de la moitié non vaccinés, ce qui a entraîné « des chaînes de transmission ». Sept foyers épidémiques (dont quatre liés à des cas importés) ont été décomptés, le plus important en Auvergne-Rhône-Alpes avec 64 cas.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Rougeole : un foyer épidémique dans une commune d’Ardèche

Risque accru de cas importés à la faveur des Jeux olympiques

Alors que la France va accueillir des « millions de visiteurs étrangers à l’occasion des Jeux olympiques (26 juillet-11 août) et paralympiques » (28 août-8 septembre) et que « des épidémies de rougeole sévissent en Russie et en Europe de l’Est, notamment en Roumanie, le risque d’importation augmente », alerte SPF.

D’autant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est dite, à la fin de février, « extrêmement préoccupée » par une forte recrudescence de la rougeole dans le monde, après un relâchement de la vaccination.

Plus de 306 000 cas ont été recensés en 2023, soit un bond de 79 % en un an, a expliqué l’OMS, selon laquelle les chiffres réels sont bien supérieurs. Une hausse des morts est aussi anticipée, mais les données ne sont pas encore disponibles. « La prévention de la rougeole et de la rubéole n’est plus une priorité mondiale et gouvernementale en raison de problèmes concurrents tels que le Covid-19, les crises économiques, les conflits, etc. », selon l’OMS.

Faute de traitement contre la rougeole, la vaccination est la seule protection, même si aucun vaccin n’est efficace à 100 %. En 2023, sur 96 cas éligibles à la vaccination et au statut connu, 44 % n’étaient pas vaccinés contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR), 9 % avaient reçu une dose, 46 % deux doses (le nombre requis), 1 % un nombre inconnu.

Newsletter

« Chaleur humaine »

Comment faire face au défi climatique ? Chaque semaine, nos meilleurs articles sur le sujet

S’inscrire

Une grande partie des cas chez des vaccinés à deux doses venait de l’épisode d’Auvergne-Rhône-Alpes, souligne SPF. « L’âge de la vaccination lors de la première dose pourrait avoir expliqué la moindre protection de ces collégiens à long terme. »

En France, « ces dernières années, la couverture vaccinale contre la rougeole, les oreillons et la rubéole s’est nettement améliorée », selon SPF. Avec la vaccination obligatoire pour les nourrissons depuis 2018, l’objectif d’une couverture de 95 % à l’âge de 2 ans devrait être « bientôt atteint ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Les cas de rougeole ont explosé dans plusieurs pays en 2023

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



#France #connu #une #recrudescence #rougeole #en2023 #avertit #Santé #publique #France

Source link

Home

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut