L’École des Arts joailliers met en scène les bijoux de la Comédie-Française

Accueil » Le Figaro » L’École des Arts joailliers met en scène les bijoux de la Comédie-Française
Partager

Alors que l’école vient de s’installer dans le quartier des théâtres, boulevard Montmartre, elle présente une première exposition sur les parures des acteurs et actrices du Français depuis plus de deux siècles.

Il y a là des diadèmes pour Phèdre, des ceintures pour Bérénice, un imposant collier de la Toison d’or ayant servi dans Hernani mais aussi Ruy Blas, des bracelets de bras portés indifféremment pour les rôles de Cléôpatre, Medée, Gismonda… Soit une quarantaine de bijoux jamais exposés précédemment et couvrant une longue période – de la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux années 1980 – complétée de tableaux, costumes et autres documents d’archives de la Comédie-Française à Paris. La plupart ayant d’ailleurs appartenu aux acteurs célèbres et monstres sacrés : Talma, d’abord, star des planches sous Napoléon et si proche de l’Empereur que ce dernier lui offrit une couronne de laurier pour son rôle de Néron dans le Britannicus de Racine, que l’on dirait calquée sur celle du sacre peint par David ; Mademoiselle Rachel, ensuite, tragédienne aux multiples diadèmes quand elle devient Bérénice et Chimène ; plus tard encore, Mademoiselle Bartet, Édouard de Max et, bien sûr, l’incontournable Sarah Bernhardt

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Vente Flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

#LÉcole #des #Arts #joailliers #met #scène #les #bijoux #ComédieFrançaise

Source link

Home

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut