«Kylian Mbappé est à peu près aussi déconnecté qu’Emmanuel Macron»

Accueil » Le Figaro » «Kylian Mbappé est à peu près aussi déconnecté qu’Emmanuel Macron»
Partager

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Le capitaine de l’équipe de France a appelé à se mobiliser contre «les extrêmes» à l’approche des élections législatives. Une prise de parole qui aura sûrement aussi peu d’influence que les pétitions d’artistes depuis 40 ans, estime le chroniqueur David Desgouilles.

David Desgouilles est chroniqueur à Marianne. Il a publié Dérapage (éd. du Rocher, 2017) et Leurs guerres perdues, (éd. du Rocher, 2019).


FIGAROVOX. – À la veille du premier match des Bleus à l’Euro de football, Kylian Mbappé a déclaré être «contre les extrêmes, les idées qui divisent». Selon vous, qu’entend-il par «extrêmes» ? Que révèle cette prise de parole ?

David DESGOUILLES. – Il me semble qu’il reprend l’expression qu’on entend sur tous les plateaux de télévision, prononcée par les représentants de la majorité présidentielle. Et il est vrai que le joueur et Emmanuel Macron n’ont jamais caché leurs sympathies communes. Mais j’ai entendu aussi qu’il soutenait Marcus Thuram, lequel ne visait que le Rassemblement national. Tout n’est donc pas très clair dans les déclarations du capitaine de l’équipe de France de football.

En s’exprimant, le joueur embrasse-t-il ou dépasse-t-il son rôle de capitaine de l’équipe de France ?

Dans tous les cas, il met la Fédération Française de Football dans l’embarras, puisqu’elle avait communiqué sur les risques d’instrumentalisation politique de l’équipe de France, juste avant que Kylian Mbappé décide d’affirmer sa position.

On peut le voir comme un soutien des joueurs du groupe qui ont déjà pris des positions à propos des élections législatives, prenant le parti de leur liberté d’expression, face à une fédération plus prudente, attachée à une image neutre de la sélection nationale. Je dois reconnaître que des deux côtés, les arguments sont défendables. La seule interrogation qui demeure, c’est de savoir si Kylian Mbappé aurait volé au secours d’un coéquipier qui aurait apporté son soutien au Rassemblement national.

 

Marcus Thuram a poursuivi sa carrière en Italie malgré l’arrivée au pouvoir de Giorgia Meloni. On peut donc en déduire que si Jordan Bardella était présent à l’Élysée le jour où, je l’espère, les Bleus viendront fêter leur victoire en présence du président de la République et d’un éventuel nouveau gouvernement, il ne boycotterait pas une telle réception.

David Desgouilles

La prise de position d’un footballeur de cette importance peut-elle peser sur le scrutin ?

Si on se base sur l’influence des artistes qui pétitionnent et manifestent depuis 40 ans contre le Front national puis le Rassemblement national, et même contre Nicolas Sarkozy pendant son quinquennat, on ne peut pas vraiment conclure que la méthode ait produit de l’efficacité. Le Rassemblement national n’a en effet jamais été si proche du pouvoir.

Les sportifs, et en particulier de la dimension de Mbappé, sont suivis par un public sensiblement différent. Ce dernier est-il davantage influençable ? Il me semble qu’il y aurait une forme de mépris à le penser. Le vote est libre, il y a des isoloirs. Et qu’on fréquente les salles de cinéma d’auteur, ou les tribunes populaires du Parc des Princes ou du Stade-Vélodrome, on est doté du même libre arbitre.

Kylian Mbappé, par ailleurs, a vu son image écornée dans cette affaire de transfert au Real Madrid, qui traînait depuis quelques années. Encore récemment, il a utilisé des mots comme «je ne souhaite à personne de vivre ça», qui témoignaient d’une déconnexion à peu près aussi grande que celle de l’auteur de la dissolution. Je ne suis donc pas certain que l’influence politique de l’attaquant français permette de peser sur un tel scrutin.

Kylian Mbappé n’est pas le seul joueur de l’équipe de France à s’être exprimé sur la situation politique en France, c’est aussi le cas de Marcus Thuram et Ousmane Dembélé. Les sportifs doivent-ils participer au débat public et politique ?

Ils sont des citoyens comme les autres et à ce titre, ils peuvent s’exprimer et participer à la vie de la nation. Ce qui pose davantage question, c’est le moment. Est-ce vraiment bon pour les résultats de l’équipe de France au championnat d’Europe que les joueurs se dispersent ainsi ? Ces prises de position ne peuvent-elles pas nuire à la cohésion du groupe ? Cela dit, ce ne sont ni moi, ni les Bleus qui avons décidé de convoquer des élections entre l’Euro de football et les Jeux olympiques.

S’agissant plus précisément de Marcus Thuram, il a poursuivi sa carrière en Italie malgré l’arrivée au pouvoir de Giorgia Meloni. On peut donc en déduire que si Jordan Bardella était présent à l’Élysée le jour où, je l’espère, les Bleus viendront fêter leur victoire en présence du président de la République et d’un éventuel nouveau gouvernement, le fils de Lilian Thuram ne boycotterait pas une telle réception.

#Kylian #Mbappé #est #peu #près #aussi #déconnecté #quEmmanuel #Macron

Source link

Home

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut