En direct, la situation politique en France : pour François Bayrou, l’impulsion ne viendra pas des partis mais d’Emmanuel Macron qui « devra nommer un premier ministre » rassembleur

Accueil » Le Monde » En direct, la situation politique en France : pour François Bayrou, l’impulsion ne viendra pas des partis mais d’Emmanuel Macron qui « devra nommer un premier ministre » rassembleur
Partager

Eric Dupond-Moretti estime que la seule majorité absolue possible est « composée de communistes, de socialistes, d’écolos, du groupe central et de la droite classique »

« Il n’y a pas de gagnant, c’est vrai », a assuré le garde des sceaux, Eric Dupond-Moretti, sur RTL, jeudi matin, estimant que toutes les forces politiques ont « perdu », y compris la gauche, arrivée en tête mais sa majorité absolue. Il a ainsi repris les mots d’Emmanuel Macron dans sa missive aux Français mercredi.

« La seule possibilité pour obtenir une majorité, c’est qu’on travaille ensemble », a-t-il poursuivi, en évoquant la nécessité d’un accord entre le bloc central, la droite et la « gauche républicaine », excluant, comme le chef de l’Etat, l’extrême droite ainsi que les « insoumis » : « [La France insoumise, LFI] c’est non parce que LFI n’est pas dans les clous » et que ses élus « ont démontré pendant deux ans qu’ils ne respectaient en rien le Parlement ».

« Le socialiste qui a été élu ou réélu il le doit à des [Républicains, LR] qui sont allés voter le ventre plié, en se pinçant le nez. Les LR qui ont été réélus l’ont été parce que des socialistes ont voté pour eux. Chez nous, c’est exactement la même chose », a poursuivi le ministre de la justice, fustigeant que les élus de tous bords aient « tout oublié » de ces logiques de report de voix dans le cadre du front républicain, au lendemain des élections. Un reproche également adressé par la gauche au camp présidentiel.

M. Dupond-Moretti appelle donc les partis qu’il juge comme faisant partie de l’arc républicain à prendre leurs responsabilités afin de « se réunir tous et sortir avec une solution » : « Soit ça s’appelle une coalition, soit ça s’appelle un pacte législatif, mais il y a moyen de travailler ensemble (…) et de dégager un certain nombre de textes, et de faire avancer le pays. A situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle. »

Pour former quelle majorité ? « La seule majorité absolue est composée de communistes, de socialistes, d’écolos, de notre groupe central et de la droite classique (…). Ça va venir, il n’y a pas de raison que les électeurs fassent l’effort mais pas les élus », a-t-il estimé. La veille, un autre ténor du camp présidentiel, le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, avait écarté les écologistes de l’équation.

 

#direct #situation #politique #France #pour #François #Bayrou #limpulsion #viendra #pas #des #partis #mais #dEmmanuel #Macron #qui #devra #nommer #premier #ministre #rassembleur

Source link

Home

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut